vendredi 20 février 2015

France - Maroc: la torture à l'honneur


Les socialistes n’ont pas fini d’utiliser le prétexte de la lutte contre le terrorisme pour faire absolument n’importe quoi. Après la garde-à-vue des enfants (1), après l’ouverture officielle de la chasse aux musulmans avec numéro vert et formulaire de délation (2), voici maintenant la légion d’honneur pour le chef de la DST marocaine poursuivi en France pour actes de tortures.

"On va faire de toi de la viande hachée"

Février 2014. Un juge fait porter à la résidence de l’ambassadeur du Maroc en France une convocation visant le chef des services de renseignements marocains qui se trouvait en France. Abdelattif Hammouchi fait en effet l’objet de plusieurs plaintes pour torture et complicité de torture notamment par l’ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture) et le champion de monde de kick-boxing Zakaria Moumni.
Selon ses déclarations (3), le champion est arrêté par les services secrets marocains à sa descente d’avion le 27 septembre 2010 puis conduit au centre de torture de Tamara. Là, il est mis à nu, attaché à une chaise, torturé, électrocuté, suspendu la tête en bas, frappé à coups de barre de fer pendant 4 jours. Lors d’une séance de torture il déclare apercevoir le chef des services secrets en personne. Ses bourreaux lui expliquent alors: «ici c’est l’abattoir de sa majesté on va te découper, on va faire de toi de la viande hachée, tu sortiras dans des boîtes de conserve».
Amnesty International, Human Rights Watch, la FIDH, de nombreuses ONG se saisissent de cette affaire et il est finalement libéré après 18 mois de prison.

Ce n’est pas très étonnant quand on sait que le Maroc fait partie du réseau des prisons secrètes gérées par la CIA dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ». Ces prisons permettent aux américains de détenir des dizaines de milliers de personnes en dehors de tout cadre légal comme à Guantanamo. Ce réseau a été dénoncé fin 2005 par le Washington Post et confirmé par la CIA elle-même dans un rapport d’avril 2014.

Le Maroc est donc un pays formidable dont les pratiques sont régulièrement pointées du doigt par la plus hautes instances internationales.  Le 29 mai 2014, le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU souligne son « inquiétude à propos de l'utilisation de la torture et de mauvais traitements ainsi que la recevabilité par les tribunaux des aveux extraits sous la torture. Le Comité des Nations unies contre la torture a également exprimé sa profonde préoccupation a ce sujet au Gouvernement du Maroc ».

Le problème, c’est que la torture est au Maroc ce que la corrida est à l’Espagne. Une vieille tradition ancestrale, une curiosité touristique qu’apprécient particulièrement les américains qui n’osent plus trop la pratiquer chez eux, sauf pour exécuter des condamnés à mort. Tous ceux qui osent la dénoncer finissent en prison.
La convocation du chef des services secrets pour des actes de torture est donc vécue comme un véritable crime de lèse-majesté et une remise en cause de leur souveraineté par la Maroc qui va immédiatement décider la suspension de la coopération judiciaire avec la France.

Depuis presqu’un an, la France est en négociation avec le royaume chérifien, dirigé par le Commandeur des Croyants, sa majesté le roi Mohammed VI, pour rétablir un coopération qui permette de mieux traquer les apprentis candidats djihadistes dont les franco-marocains.
Des pressions en tout genre ont donc été exercées par les marocains pour faire monter les enchères, dont la plus spectaculaire est la publication récente par le journal El Watan Al An d’un Hollande grimé en Hitler avec moustaches et uniforme nazi. (4) Quand on connaît l’amour que portent nos amis marocains à la liberté de la presse, il est inconcevable que cette une visant Hollande ait pu sortir sans l’autorisation du pouvoir.

Bilan des courses : officier de la légion d’honneur

Le 14 février 2015 à Rabat, M. Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur et grand gourou du pouvoir socialiste contre le terrorisme, les enfants qui publient des caricatures et tout ce qui ressemble à une opposition déclare allègrement :
« Je veux tout particulièrement saluer l'action menée par la direction générale de la sécurité du territoire et en premier lieu, par son directeur général, monsieur Abdellatif Hammouchi. Leur rôle est déterminant dans la coopération que nous menons pour lutter contre le terrorisme. Leur professionnalisme et leur compétence sont reconnues de tous. » Et d’annoncer dans la foulée que monsieur le directeur général des centres de thalassothérapie électrifiés se verra remettre les insignes d'officier de la légion d'honneur.

Avec Hammouchi, c’est toute la police politique marocaine et la torture institutionnelle que la France récompense. « Leur professionnalisme et leur compétence sont reconnues de tous ». Tu m’étonnes. C’est sûr qu’on n’a pas encore trouvé mieux que la torture pour faire parler quelqu’un. Avec une bonne gégène, on arrive même à en faire chanter il parait. Bon, ils sentent un peu le poulet grillé à la fin, mais que voulez-vous, aucun système n’est parfait.

La France, patrie des droits de l’homme va donc, au nom de la lutte contre le terrorisme, décorer le directeur des services secrets d’un pays dénoncé par l’ONU pour pratiquer la torture. Un peu comme si on décorait Cahuzac pour sa contribution à la lutte contre la fraude fiscale. Extraordinaire, non ?

On livre les français pieds et poings liés ou directement dans un cercueil ?

Dorénavant, les procédure lancées en France visant des marocains seront transmises à Rabat et à l’inverse les dossiers de français poursuivis au Maroc seront transmis à Paris. Chacun pourra alors y donner suite… Ou pas… Il y a fort à parier que le dossier Hammouchi soit donc enterré avec l’honneur de la France.
Avant de partir sous le soleil du Maroc, il est donc désormais conseillé de s’assurer qu’aucune plainte n’est lancée contre soi sous peine d’y rester un bon bout de temps. A l’ombre…
Tiens, justement. L’ACAT qui a dénoncé les faits de torture est convoquée le 26 février devant le Tribunal de Grande Instance de Rabat pour « diffamation, outrage envers les corps constitués, utiliser la manœuvre et la fraude pour inciter à faire de faux témoignages, complicité et injures publiques ». (5)

Au nom de la lutte contre le terrorisme, l’amitié nouvelle qui unit nos deux pays et pour faire plaisir à Najat Vallaud Belkacem, notre ministre Franco-Marocaine de l’Education Laïque et du Redressement Moral Socialiste, on leur livre les dirigeants de l’ACAT pieds et poings liés ou directement dans un cercueil ?






(5)http://www.acatfrance.fr/communique-de-presse/le-maroc-assigne-en-justice-les-victimes-de-torture-et-lacat